Walter SICKERT- Peindre et Transgresser

Le Petit Palais

RDV : Avenue Winston Churchill 75008 PARIS

Métro : Lignes 1, 13 Champs-Elysées-Clémenceau
Lignes 8, 13 Invalides
RER C : Invalides Bus : 43

Mercredi 18/01 à 12h45 et 14h45
Tarif : 22 €

Si la personnalité de Füssli nous interroge par sa double appartenance au classicisme et à un romantisme naissant, celle de Sickert est autrement inquiétante. « Peintre le jour… et tueur en série la nuit ! » Sans verser dans une spéculation accusatrice, on ne peut nier que l’œuvre de l’artiste sent le soufre. Sickert, qui n’aime rien tant que de se représenter sous le masque angoissant d’un être mystérieux, suscite bien des interrogations. Psychopathe, dépressif, il se complaît dans les ruelles sordides, les coulisses populacières d’un Londres peu amène, donnant à voir des nus de prostituées dont on ne sait si elles sont mortes ou endormies…
« Sa palette est une pauvresse aux oripeaux flétris, exquise dans les tons souillés… Elle a trempé dans les hivers de Londres et dans la langue gâtée de la Tamise » Le caractère provocateur de son œuvre, nourri par Sickert lui-même, reste au-delà de tout ce scandale, celle d’un peintre post-impressionniste, élève de Whistler, disciple de Degas, qu’il fréquenta souvent en France, et même un précurseur du Pop-art ! Jouissant d’une immense considération dans les pays anglo-saxons mais quasiment inconnu en France, Sickert vaut bien le « détour », quelle que soit l’approche choisie.
(Conférencier du musée)